Rouvignies SKF, spécialiste de l’aéronautique, entre dans « l’industrie 4.0 »

28/01/2019

La société SKF, installée sur la zone industrielle de Prouvy-Rouvignies, a dévoilé son nouveau channel 9, la ligne « la plus avancée aujourd’hui » du groupe suédois, quasiment autonome et alimentée par un robot.

Il mesure plus de vingt mètres de long. Son long bras jaune attrape les pièces avec adresse. Le robot prend vie, circule de machine en machine, tellement agile. Mis en service en septembre, le channel 9, dernier né des lignes de production du roulementier SKF, est un bijou de technologie qui emplit de fierté le directeur du site, Gilles Ofcard. Il vous faudra, chers lecteurs, faire preuve d’imagination. Pas de clichés de l’équipement grâce auquel l’entreprise est entrée « dans l’industrie 4.0 ». Une condition non négociable. Chez SKF, centre d’excellence depuis bientôt trois ans, « on veut maîtriser les infos qui partent ».

Cinq millions d’euros investis dans la nouvelle chaîne de production des roulements LEAP, le moteur d’avenir.

Cinq millions d’euros ont été investis pour créer cette chaîne de production des roulements LEAP, du nom d’un nouveau moteur en cours de développement dans le consortium CFM (lui-même né de la joint-venture entre Safran et General Electric). Moins gourmand, moins bruyant. Dans la mesure où le trafic passagers connaît une envolée de l’ordre de 25 % depuis 2013, « la réduction du kérosène est une nécessité » pour les avionneurs. Le LEAP « va remplacer le CFM-56, le moteur le plus utilisé au monde », indique Gille Ofcard, directeur du site SKF Aeroengine France.

Chaque pièce est numérotée. L’entreprise a l’obligation de conserver durant trente ans toutes les informations relatives au produit.

actu-skf-03

À l’horizon 2020, ce sont environ 1 100 avions qui en seront équipés chaque année, « avec des pièces fabriquées ici ». En l’espèce, quatre roulements bien spécifiques. « Ils sont au cœur du moteur. C’est de la haute technologie. » De la dentelle même, vu la précision avec laquelle les onze machines de la chaîne usinent, rectifient, meulent. Au micron près. « On ne supporte aucun défaut, dans l’aéronautique. » Avant la création du channel 9, ils étaient produits sur les lignes dites historiques de l’usine.

« Entre début 2017 et aujourd’hui, on a recruté 70 personnes supplémentaires en intérim », signale le directeur du site SKF de Prouvy-Rouvignies, qui compte 650 salariés.

actu-skf-01

Alors, pourquoi un robot ? Pour gagner « en productivité, en qualité, en conditions de travail, énumère Gilles Ofcard. Le robot est là pour aider l’homme à manipuler de grosses pièces ». Neuf « leapers », des opérateurs déjà présents dans l’usine et formés durant six mois, sont armés pour conduire la ligne. « Fin 2019, elle devrait représenter 9 % du chiffre d’affaires du site (il était de 100 millions d’euros l’année passée). » Les roulements produits sur le nouveau channel atterrissent à Villaroche, en Seine-et-Marne, chez Snecma (groupe Safran) : 1 600 ont été livrés en 2018. SKF vise les 2 500, d’ici deux ans.

actu-skf-02

Pour en savoir plus, cliquez ici.